Nexyad and Mov'eo were invited at the Meeting day organized by EDF for High Tech SMEs. The purpose was explaning EDF expectations  to SMEsand organize workshops and meetings focused on possible collaborations.

 We participated in the Digital Innovation workshop.

 This workshop, high quality, presented the structural change of EDF profession brought by the revolution of connected objects. EDF presented among other development their connected electricity meters. The main focus of the workshop was the creation of new values for the end customers. Customers can and want to interact with their environment all through their smart phones and tablets. They want optimized services to improve their quality of life while lowering costs.

 In addition, EDF has set the challenge for large service operators:  connected objects provide an opportunity of getting big data about the "physical world".

 Example: a connected temperature sensor, placed in an apartment, and another set outside, allows to construct a database (big data) to be used by operators for modeling the thermal insulation of buildings. This will allow Insulation sellers know geolocated needs of their prospects and customers.

 As an example, EDF recalled the case of Google, which recently bought for $ billions dollars a SME that manufactures and sells connected thermostats, explaining that the connection of real world big data to the Internet via the connected objects (and the Internet of Things) was THE key issue in time: Google did not buy the thermostat, but the ability to build a giant database describing the real world. This data base has a value that justifies, for Google, the acquisition price of the SME.

 The Groupement INI for “Intégration du Numérique dans l’Industrie” (Integration of digital technology in the Industry) feels perfectly in line with this vision of EDF, and places the data and information systems at the center of the industrial equation. A test means, a quality test system, detection of a defect on a medium chain manufacturing ... can be seen conventionally as autonomous industrial tools making their service locally.
But they may also be regarded as connected objects filling a database on the quality of manufacture. This database can then afford to build quality monitoring dashboards in time.

One can then imagine that the design of the database should in future be THE story in First, and the measuring machine is Considered as a data collection tool.

Similarly, intelligent applications are developed at the other end of the industrial chain, the retail shop (measure of customer behavior in a store, for example). Seeing these applications as tools connected to the Internet of Things, to provide a central database and monitoring dashboards customer behavior represents a new approach.

The processing of data to extract knowledge so lead to talk about "Corporate Knowledge" data bases that may be the real industrial assets of the 21 century.

 

French Version

Note de synthèse sur la journée EDF / PME innovantes à la Maison de la Chimie à Paris, le 7 Janvier 2015

 Nexyad et Mov’eo ont participé aux journées organisée par EDF à la maison de la Chimie pour les PME de Haute Technologie. L’objet étant de présenter aux PME des attentes de EDF et organiser des ateliers et des réunions ciblées sur des collaborations possibles.

Nous avons participé à l’atelier Innovation Digitale. Cet atelier, de très bonne qualité, a présenté la modification structurelle du métier de
EDF apportée par la révolution des objets connectés. EDF a présenté entre autre son développement des compteurs électriques connectés.

L’axe principal de l’atelier a été la création de nouvelles valeurs pour les clients finaux. Les clients peuvent et veulent interagir sur tout leur environnement via leurs smart phones et tablettes. Ils veulent des services d’optimisation afin d’améliorer leur qualité de vie tout en baissant les
coûts.

 Par ailleurs, EDF a exposé l’enjeu pour les grands opérateurs de services : les objets connectés constituent une opportunité pour recueillir du big data sur le « monde physique ».

 Exemple : un capteur de température connecté, placé dans un appartement, et un autre placé à l’extérieur, permettent de construire une base de données (big data)  qui sera utilisable par des opérateurs pour modéliser les besoins d’isolation thermique des bâtiments. Cela permettra aux
vendeurs d’isolation de connaître de manière géolocalisée les besoins de leurs prospects et clients.

EDF a cité en exemple le cas de Google qui a racheté récemment pour un montant de plusieurs milliards de dollars une PME fabriquant et vendant des thermostats connectés, en expliquant que la connexion du monde réel au big data de l’internet, via les objets connectés (et l’internet des objets) était LE sujet clé en ce moment : Google n’a pas acheté des thermostat, mais la capacité de construire une gigantesque base de donnée décrivant le monde réel. Cette base a une valeur qui justifie, pour Google, le prix d’acquisition de la PME.

 Le Groupement INI (Intégration du Numérique dans l’Industrie) se sent parfaitement en adéquation avec cette vision de EDF, et place la donnée et les systèmes d’information au centre de l’équation industrielle.

Un moyen d’essai, un système de test de la qualité, un moyen de détection des défauts sur une chaîne de fabrication … peuvent être vus de manière classique comme des outils industriels autonomes rendant leur service localement. De manière étendue, ils peuvent aussi être considérés comme des objets connectés renseignant une base de données sur la qualité de fabrication. Cette base de données peut alors
permettre de construire des tableaux de bord de suivi de la qualité dans le temps.


On peut alors imaginer que la conception de la base de donnée devrait à l’avenir être LE sujet à traiter en premier, la machine de mesure étant vue comme un outil de recueil de la donnée.

De même, des applications intelligentes sont développées à l’autre bout de la chaîne industrielle, sur les lieux de vente (mesure du comportement des clients dans un magasin, par exemple). Le fait de voir ces applications comme des outils connectés dans l’internet des objets, pour constituer une base de données centrale et des tableaux de bords de suivi du comportement des clients constitue une approche nouvelle.

Le traitement des données recueillies pour en extraire des connaissances permet alors de parler de bases de « Corporate Knowledge », véritable actif industriel du 21 siècle.